Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Nous avons reçu, nous avons aimé.

  • Deux albums remarqués pour leur chute !

     

    declaration.jpg

    la déclaration, Philippe Jalbert, Seuil Jeunesse (janvier 2014)
    Se déclarer à l'être aimé, ça intimide et ça donne des ailes… Mais ce n’est pas si facile que ça !
    Bien que cet album reprenne le même fonctionnement que l’album Jeu de loup du même auteur sorti en février 2012 aux éditions Thierry Magnier, mais avec une nouvelle thématique cette fois – ci (l’amour !), le coup de cœur est toujours là.
    Philippe Jalbert sait parfaitement parler aux enfants et aux adultes avec un propos universel qui éveille le lecteur à la déclaration amoureuse qui effraie autant qu’elle enchante…
    Le texte est simple, les illustrations douces. Et la chute ??? Bien qu’un peu cinglante, elle est complètement inattendue et très drôle.
    Bref, un moment de lecture très agréable…

     

     

    declaration.jpg

    Je regarde autour de moi, Mathilde Giordano, Editions La Pimpante (juillet 2014)

    Sais-tu pourquoi je regarde en haut, en bas, à droite, à gauche et autour de moi ?
    C’est à partir de questions toutes simples que Mathilde Giordano nous amène à découvrir la famille d’une petite fille à l’air innocent.
    Le texte, assez simple, composé de phrases courtes mais percutantes, reprend des actions de la vie quotidienne (chant, jardinage, flânerie…) pour répondre aux questions de la petite fille. Les illustrations, toutes en rondeur, colorées et toute en crayonnées, accompagnent parfaitement le propos de cet album.
    La chute est drôlissime… Et finalement, cette petite fille n’est peut- être pas si innocente que cela !

  • Des albums pour tous les âges

    qui monte qui monte.jpgQui monte, qui monte…,

    Ingrid Chabbert et Marjorie Béal, Frimousse, février 2014

    Qui n’a jamais entendu la petite histoire de la petite bête qui monte ? Personne !

    Mais pour cette petite bête, à force de monter, que se passe – t – il ? Elle chute ! Mais quelle qu’en soit la hauteur, elle ne va pas se décourager ! Car elle peut compter sur ses amis pour la consoler.

    Cet album, élégant, épuré, composé d’illustrations en noir et blanc parsemées de touches de couleurs, avec une histoire très simple, se lit et se relit à l’infini… Puisque le lecteur est invité à faire grimper la petite bête à la fin… Une lecture qui provoque des rires et des chatouilles car instinctivement, le geste de la petite bête qui monte l’accompagne.

    Une histoire joliment racontée et astucieusement illustrée !

    cest la mienne.jpgC’est la mienne,

    Lisa et Csil, Frimousse, mai 2013

    Il est très difficile de résumer cet album tant il donne un écho personnel à celui ou celle qui le lit… Le texte, très doux, est une véritable déclaration d’amour  d’un enfant à sa mère au fil du temps ! Les mots sont tellement justes… Toute une palette de sentiments est retranscrite…

    Quant aux illustrations, le trait est plein de sensibilité et tendre. Elles donnent une seconde dimension au texte. Les mots et les images se font écho. Dans cet album règne alors une forme d'équilibre et d'harmonie

    A offrir à toutes les mamans pour leur dire combien nous les aimons !

     

    choco gelatine.jpgChoco et Gélatine, Yann Kebbi, Sarbacane, octobre 2014

     

    Voici un très bel album paru aux Editions Sarbacane et estampillé Amnesty International… On se doute bien que ce dernier sera alors de qualité, intelligent et avec des valeurs à véhiculer… Et nous ne sommes pas déçu !

    Dans cet album, nous voyageons dans un monde de bonbons et de friandises. Mais attention, le sujet n’est pas l’excès de sucreries

    Voici donc l’histoire de cet album… Gélatine, une oursonne rose, tombe amoureuse de Choco, un ourson en chocolat. Ils se sont connus au travail et ce fut tout de suite le coup de foudre entre  eux. Ils s’installent ensemble et sont heureux tous les deux. Cependant, les sucreries de Bonbon City n’acceptent pas leur amour. Ils doivent effectuer des activités chacun de leur côté et ne peuvent pas vivre leur amour au grand jour. Un jour, ils vont prendre une grande décision : partir pour trouver un lieu qui les acceptera, là où tous les goûts sont amis.

    Cette histoire ouvre les yeux des enfants sur la différence, la tolérance et le droit à la liberté pour tous. Le texte qui accompagne les illustrations est relativement court. Mais, parfois, il suffit d’en dire peu pour que le message soit fort !

    Les illustrations flashy, grandes et colorées en mettent plein les yeux et fourmillent de détails (portrait de Bonne Maman la confiture, les pots de Nutella rebaptisés…). Cependant, elles contrastent avec le propos de l’album puisqu’on a l’impression d’être au paradis, dans un monde sucré et coloré, alors que nous sommes comme dans n’importe quelle société moderne où la discrimination, le manque de tolérance et d’acceptation règnent…

    Bref, un album à dévorer sans modération surtout en ce moment !

     

    canard.jpgLe 1er, c’est canard,

    Olivier Douzou, Editions du Rouergue, février 2014 

    Eh bien NON !

    Cet album a pour originalité de présenter une course sans arrivée, sans vainqueur car les participants se trouvent toujours précédés par un autre, de la 1ère de couverture à la 4ème de couverture !

    Cet album a également pour originalité de créer un jeu à tout âge puisqu’il faut chercher des liens logiques entre les personnages voisins (chat / souris / fromage /  renard...) des jeux de mots (« la 1ère c'est souris qui court comme une dératée »), des références à des fables (Jean de La Fontaine), à des héros bien connus (le lapin de Lewis Caroll dans Alice aux pays des merveilles), à des chansons (Brassens…) ou à des histoires (l’œuf Kinder, le pou, le jeu de l’oie…)

    Une course sans fin dans laquelle nous pouvons entrer sans hésitation !

     

  • Un nouveau roman de Davide Cali.

    3 tyrans.jpg3 tyrans + 1 boloss = quelle vie !,

    Davide Cali, Sarbacane, août 2014 

    Après l’excellent L’amour, c’est mathématiques ! du même auteur publié chez Sarbacane (et dont nous avons déjà parlé dans nos coups de cœur !), voici un nouveau roman de Davide Cali.

    Le héros, Tom, jeune garçon de 6ème, nous parle de ses relations aux « tyrans » qu’il côtoie depuis la maternelle. Après les avoir répertorié dans des cases pour mieux les tenir à distance et s’en débarrasser à l’aide de leur point faible, il se retrouve confronté à nouveau style de tyran inconnu jusque - là : le boloss ! Un garçon ni méchant, ni fort, ni cruel qui donne des « coups sans faire exprès », qui triche et qui reprend les souvenirs des autres pour être intéressant…

    Dans ce court roman (64 pages), l’auteur évoque, avec un style simple et efficace, des phrases courtes et percutantes, l’univers scolaire pas toujours tendre et surtout l’attitude malfaisante de certains élèves.

    Le collège est une période délicate de la vie. Les adolescents se cherchent, s’abîment et se dénigrent. Le groupe crée un fort sentiment d’appartenance, de conformité mais aussi de rejet. Derrière des attitudes provocatrices et violentes se cachent souvent de grandes souffrances dont Anatole le « boloss » ne déroge pas…

    Ce roman permet de porter un regard sensible et psychologique sur les jeunes élèves violents et souvent mal aimés… car à travers celui – ci, Davide Cali nous montre qu’à un moment de notre vie, nous pouvons tous être le tyran ou le boloss de quelqu’un…

  • Des albums pour tout petits

    bric a brac.jpgBric à Brac,

    Maria Jalibert, Didier Jeunesse, octobre 2013

    L’éditeur Didier Jeunesse nous présente ici un album riche en couleurs et en images… Mais est – ce vraiment un album ?? Il s’agit plutôt d’un imagier ! En effet, Maria Jalibert, l’auteure, sous la forme de photos, nous présente tout un tas de collections de jouets miniatures, nouveaux et anciens (avions, voitures, dînette, cow – boys et indiens, poupées, bijoux…), rangées par association ou sans logique apparente. Le lecteur se promène au fil des pages à travers un véritable petit musée plein d’humour et de fantaisie. Une véritable intelligence dans la mise en page et dans les associations se dégage. A côté des photos, l’auteure explique son classement et son tri par des jeux de mots (orange rangé, rose désordre,…), des jeux d’articulations (moutons / boutons, lapins / sapins…), des organisations spécifiques dans la page (une ronde, haut / bas, devant / derrière, petit sur grand / grand sous petit…), des contraires, les couleurs… Un imagier ludique et étonnant qui peut se lire et se relire à tous les âges permettant d’observer, de regarder et de décortiquer !

    quand la grenouille.jpgQuand la grenouille se met à chanter,

    Paloma Valdivia et Carles Ballesteras, Tourbillon, juin 2014

    Il était une grenouille qui aimait chanter. Un jour, elle rencontre un poisson et se tait pour écouter sa belle voix. Puis, les deux compères rencontrent une poule et se taisent alors pour écouter celle – ci. Vient ensuite le tour du chat, du chien, du cochon… et ceux-ci chantent jusqu’à l’apparition de la lune.

    Cet album tout en carton, basé sur une structure répétitive digne d’une ritournelle ou d’une comptine, offre un réel moment de partage avec les tout petits : des noms d'animaux à répéter (grenouille, poisson, poule, chien, chat, cochon, lion), des cris à imiter...

    Les illustrations sont craquantes, récréatives, joyeusement colorées, focalisent le regard et donnent de la luminosité à l’ensemble de l’ouvrage.

    Une très belle réussite !

    vite.jpgViiite!,

    Coralie Saudo et Nicolas Gouny, Frimousse (février 2014)

    Petit Dragon est pressé. Il a peur d'être en retard. Mais Maman Dragon met un temps fou pour se préparer. La pression monte dans le petit corps du dragon. La fumée commence à s'échapper de ses naseaux. La patience n'est définitivement pas son point fort. Alors quand sa mère lui répond « qu'il n'y a pas le feu », la réaction de Petit Dragon ne se fait pas attendre.

    Coralie Saudo, dans cet album, traite avec beaucoup d’humour l’impatience des tout petits… Par un court dialogue, des phrases chocs et un humour décalé, n’importe quel parent se reconnaîtra ! La chute est très drôle. Les illustrations, très expressives, accompagnent parfaitement cet album

     

    plus grand.jpgPlus grand que toi,

    Orik Bergman, Editions du Rouergue, septembre 2013

    En allant sur le site des Editions du Rouergue, voici le résumé que nous pouvons lire pour cet album : « Le plus grand est – ce l’aîné, celui qui a trois jours de plus ou est – ce le plus grand en taille ? Est – ce celui qui a l'initiative, celui qui dirige, celui qui impose les règles du jeu ? Le petit est – ce celui qui subit ou celui qui a la priorité ? »

    Cet album confronte deux personnages que tout semble opposer : un éléphant et un oiseau. Et le plus grand n’est pas celui que l’on croit car le rapport de force est inversé ! Si l'oiseau est l'aîné, s'il est plus léger, il n'aura cependant pas le dernier mot et son attitude le fera tomber de haut.

    Second volume d’une série pour les tout petits (après Molly Mollo) permettant de vivre des histoires qui leur ressemblent au quotidien, cet album est très réussi tant dans les dialogues faits de phrases courtes que par les dessins simples et parlants. Beaucoup d’enfants se retrouveront dans les scènes évoquées.

     

  • La perfection pour "le vilain défaut"

    vilain defaut.jpgLe vilain défaut

    Anne Gaëlle Balpe et Csil, Marmaille et Compagnie, février 2015

    « Quand je suis né, j'avais une différence. Une différence toute petite qui se voyait à peine. Et puis j'ai grandi. Et ma différence aussi. Les gens m'ont dit que c'était un vilain défaut... »

    Cet album, joliment réalisé et enfermé dans un beau coffret, parle de différence et d'intégration. En ne nommant jamais le trouble dont souffre l'enfant, il donne un caractère universel au propos. Plein d'espoir, il montre la possibilité de surmonter les obstacles avec le temps, avec un optimisme à toute épreuve et le concours de professionnels compétents.

    Le dessin, agrémenté de belles pages de calques, est tout en émotion et sert à merveille la profondeur du texte.

    Un véritable bijou d’intelligence !